Zimmusic : Editeur de partitions gratuites

2760 partitions de maitres gratuites pour tous

310 compositeurs des plus illustres aux plus rares

La grande musique pour de nombreux instruments

Dernières partitions

28

Ostinato n°1

L’ostinato n°1 est une pièce qui sert de conclusion à la suite pour piano « Saint Quentin, ville nouvelle » bien qu’ayant été écrite antérieurement. Elle fait suite à un prélude, et l’ensemble rend hommage aux enfants du Collège de Saint François d’Assise de Montigny Le Bretonneux qui ont été les victimes de l’avalanche des Orres en janvier 1998. Elle est dédicacée à Estelle, une élève, qui a eu la chance d’être vivante.

45

Fax à Elise

La version courte de Fax à Elise que vous pouvez télécharger ici est la première partie d’une composition qui fait 4 minutes 30. La version longue a été écrite pour un spectacle de danse et piano dont la première a eu lieu à l’Espace Culturel Alphonse Daudet de Coignières en mai 2001. J’imagine l’histoire d’un enfant travaillant ses exercices sur le thème de la « Lettre à Elise » et qui rêve qu’il devient pianiste, ses doigts courants sans efforts sur le clavier, réinventant l’œuvre de Beethoven.

En lumière

DURAND Stéphan

DURAND Stéphan

AVANT LES NOTES LA PARLOTTE !

Je m’appelle (comme vous l’avez sûrement deviné) Stéphan DURAND, et je suis un ami de Pierre-Emmanuel DUPONT.

J’habite au Taillan-Médoc, une petite ville située dans la communauté urbaine de Bordeaux. Je suis né le 11 février 1986 à Talence, en même temps que Raphaël, mon frère jumeau (mais différent en musique car lui sévit en guitare depuis 11 ans). J’ai également une sœur, Cindy, âgée de 22 ans, qui a lâchement abandonné le piano après quelques années de pratique.

Depuis mon plus jeune âge, je cultive mes deux passions : le piano, bien sûr, mais également le football que je pratique régulièrement.

Je joue du piano depuis environ une dizaine d’année sans me lasser. Le simple fait d’envisager d’arrêter m’est désormais impossible car trop douloureux.

Bien que je joue la plupart du temps sur un piano droit, je préfère de loin le piano à queue pour sa sonorité exceptionnelle. Mais la beauté du son n’est pas le seul critère pour apprécier cet ami avec qui nous partageons nos peines comme nos moments de bonheur.

Comme tout débutant, j’ai d’abord fait quelques années de solfège avant d’arrêter pour me consacrer uniquement au plaisir de jouer. J’ai commencé un peu de classique mais je me suis aperçu très vite que ce n’était pas ce qui me convenais ni ce que je recherchais, je jouais sans plaisir.

Mon père eu la géniale idée un jour de me faire écouter un 33 tours d’Albert Ammons (si vous ne le connaissez pas, je vous le recommande !). Ce fut pour moi la découverte d’un nouveau monde, le début d’une grande histoire d’amour avec la musique, le blues et le Boogie-Woogie.

Ces deux styles sont originaires des Etats-Unis, plus précisément de la région de Chicago, où ceux que l’on appelait encore là-bas « les nègres » montraient à travers ces styles leur détresse ou leur joie, posant dans le même temps les bases de la musique contemporaine.

Mon père possède l’intégralité des 33 tours et la majorité des CD de Boogie et de Blues sortis depuis le début du XXème, ce qui représente une formidable collection de grands artistes comme Albert Ammons, Pete Johnson, Meade Lux Lewis, Axel Zwinberger. Il est toutefois regrettable que le genre se raréfie à notre époque, mais j’espère que cela changera.

Pierre et moi adorons ces vieux styles et nous ne cesserons de composer pour vous les faire découvrir et apprécier (nous réaliserons bientôt une composition commune à quatre mains que nous vous proposerons dans ces pages, peut-être comme ce fut la mode sous un nom de groupe).

Pour ma part, je vous propose dès à présent deux partitions afin de vous permettre d’aborder les deux styles, le Boogie et le Blues, et j’espère vous prendrez autant de plaisir à les interpréter que j’en ai eu à les composer.

Place au Boogie, honneur au Blues

Stéphan

Moderne

Moderne

Accélération de l'histoire de la création, la période moderne ne tranche pas aussi franchement avec la période classique et romantique que les arts plastiques ou la littérature.

Le style n'a pas d'unité claire, il est caractérisé par une floraison d'expériences et d'innovation, parfois contraires.Sur le plan chronologique, la période moderne est celle de la première partie du 20ème siècle.