Zimmusic : Editeur de partitions gratuites

2760 partitions de maitres gratuites pour tous

310 compositeurs des plus illustres aux plus rares

La grande musique pour de nombreux instruments

Dernières partitions

45

Ostinato n°1

L’ostinato n°1 est une pièce qui sert de conclusion à la suite pour piano « Saint Quentin, ville nouvelle » bien qu’ayant été écrite antérieurement. Elle fait suite à un prélude, et l’ensemble rend hommage aux enfants du Collège de Saint François d’Assise de Montigny Le Bretonneux qui ont été les victimes de l’avalanche des Orres en janvier 1998. Elle est dédicacée à Estelle, une élève, qui a eu la chance d’être vivante.

69

Fax à Elise

La version courte de Fax à Elise que vous pouvez télécharger ici est la première partie d’une composition qui fait 4 minutes 30. La version longue a été écrite pour un spectacle de danse et piano dont la première a eu lieu à l’Espace Culturel Alphonse Daudet de Coignières en mai 2001. J’imagine l’histoire d’un enfant travaillant ses exercices sur le thème de la « Lettre à Elise » et qui rêve qu’il devient pianiste, ses doigts courants sans efforts sur le clavier, réinventant l’œuvre de Beethoven.

En lumière

WINNER Joseph Eastburn

Né à Philadelphie en 1837, fils du fabricants d’instruments Joseph E. Winner, Sr., Joseph Eastburn Winner était un compositeur et éditeur de musique.
Son frère, Septimus Winner, était également était un compositeur et éditeur de musique à Philadelphie.
Les deux frères travaillèrent d’abord ensembles dans l’édition musicale de 1845 à 1854.
Puis seul sans son frère, Joseph E. Winner exploita une maison d’édition de 1854 à 1907.
Il utilisa souvent son deuxième prénom « Eastburn » comme pseudonyme pour ses œuvres.
Joseph E. Winner est surtout connu pour sa chanson, très populaire à l’époque “The Little Brown Jug”.
Il meurt en 1918.

Classique

Classique

Période de la musique qui s'étend, par convention, de la mort de Johann Sebastian Bach en 1750 au début de la période romantique vers 1820. Elle succède ainsi à la période baroque.

Par extension et par abus de langage, elle désigne parfois toute la musique savante occidentale, de la Renaissance à la musique contemporaine. Dans ce cas on l'oppose à la musique populaire, d'occident ou d'ailleurs.